Mercredi 28 sepembre nos résidents racontent leurs souvenirs d'école.

MTE1ODA0OTcxMjczMzI0MDQ1330px-Jules_Ferry_Nadar

CHARLEMAGNE a inventé l'école nous dit-on mais chez nous c'est Jules Ferry(1832-1893) qui l'a rendue obligatoire.

La loi du 16 Juin 1881 précise que l'école primaire publique est gratuite pour tous.

La loi du 28 Mars 1882 rend l'école primaire obligatoire  pour tous les enfants de 6 à13 ans et souligne que l'école publique est laïque.

 

 

 20160928_16215920160928_162054

20160928_162118

20160928_162135

 

 

 

 

 

 

 

 

SOUVENIRS DE NOS RÉSIDENTS:

 

L'école primaire pour eux cela se passait entre 1925 et 1939.

A cette époque dans la plupart des communes de France il y avait au moins une école publique et une école privée et les rivalités étaient patentes.

Le tronc commun de l'enseignement de ces deux types d'établissements portait sur la discipline,la politesse et la propreté en particulier pour les mains.

Quand la cloche sonnait les élèves se mettaient en rang et entraient en classe en silence et bon ordre.

Le maître ou la maîtresse donnait l'autorisation de s'asseoir et la classe pouvait commencer.

Dans les écoles publiques la première leçon du jour portait souvent sur l'éducation civique.Dans le privé il y avait la prière et la leçon de morale,les enseignants étant bien souvent des religieux.

En règle générale les filles et les garçons étaient séparés dans le public comme dans le privé.

Les élèves portaient obligatoirement une blouse tout comme les instituteurs et pendant très longtemps le choix des couleurs se limitait au noir ou au gris!

A la campagne les enfants étaient souvent retenus à la ferme où certains travaux comme les moissons ou les vendanges exigeaient leur présence et leurs bras.Cela générait parfois des conflits avec les enseignants.

En toutes saisons les enfants se rendaient seuls et à pied à l'école même lorsque celle-ci était très éloignée de leur domicile.Comme il n'y avait pas de cantine organisée les élèves qui habitaient trop loin apportaient leur "gamelle"qu'ils pouvaient parfois réchauffer sur le poële à bois ou à charbon qui trônait alors au milieu ou au fond des salles de classe.

Le confort était spartiate et on écrivait à l'encre violette à l'aide de plumes "Sergent Major" en prenant bien garde de ne pas percer le papier tout en s'appliquant  pour bien marquer les pleins et les déliés. Les cahiers et les livres se rangeaient dans le pupitre sorte,de bureau incliné relié à un banc de bois sur lequel l'élève usait ses "fonds de culotte".

La dictée était souvent un exercice redouté tout comme les tables de multiplication.

Les punitions pour les élèves dissipés ou les cancres étaient fréquentes et souvent très dures.Le châtiment corporel n'était pas encore interdit et certains enseignants avaient parfois la main lourde.

Heureusement il y avait les récréations !Les enfants pouvaient se défouler en jouant à la marelle,à chat perché ou aux gendarmes et aux voleurs.Il ne faut pas oublier les jeux de billes surtout pratiqués par les garçons.

Le cycle primaire était sanctionné par le "Certificat d'études primaires" le fameux "Certif"!

Bien souvent c'était le seul diplôme que nos parents ou nos grands parents obtenaient de toute leur vie.En effet pendant très longtemps 9 enfants sur 10 arrêtaient leurs études à 14 ans pour entrer dans la vie active.Toutefois grâce à Jules Ferry la majorité des filles et des garçons débutaient dans la vie avec un bagage alors que les générations précédentes avaient du travailler dur dès l'age de 8 ou 10 ans.

 

 

 

 Ecole_Giono112718054_o

 

EcoleNeuff- filles1927REcoleNeuffM1954B

 

 

 La séquence souvenirs s'achève maintenant pour nous.

 

La vie de nos anciens était souvent plus dure que la notre mais nous avons pu constater qu'ils gardent de bons souvenirs de leur scolarité et aussi qu'ils n'étaient pas les derniers quand il s'agissait de chahuter ou de faire l'école buissonnière,malgré la sévérité des sanctions.

 

Nous avons des noms mais pas question de les divulguer !